Journée d’étude: Les journalistes algériens : Panorama des acteurs professionnels du champ médiatique

Laboratoire Médias, usages sociaux et communication, MUSC

(Dir. : Pr. BelkacemMostefaoui)

 Unité de recherche Les expressions culturelles et la culture numérique en Algérie (responsable Dr.BouchaalaAldjia Nabila), organise le 17 octobre 2018,une journée d’étude sur le thème :

Les journalistes algériens :

Panorama des acteurs professionnels du champ médiatique

Coordinatrice scientifique : Dr. Aldjia Nabila BOUCHAALA

Argumentaire

Le champ journalistique algérien connait de profondes mutations,caractérisées par l’arrivée de nouveaux acteurs, autant économiques que professionnels, dont les effets sur le métier méritent qu’on s’y attarde.En effet, si nous devons dater l’une des manifestations de ces changements, nous allons considérerl’apparition de chaînes de télévisions privées en 2011. Après 7 ans d’émission, elles sont toujours tenues pour « offshore », en raison de leur statut d’entreprises étrangères, combien même leur contenu est local.

Toutefois, le champ médiatique algérien avait connu par le passé une réelle transformation, lorsque le gouvernement de Hamrouche avait entériné en 1990 le choix de libérer la parole médiatique, ce qui donnera lieu à un pluralisme de la presse écrite. La circulaire de 1990, qui porte communément le nom du chef du gouvernement de l’époque, avait permis l’entrée en scène du journaliste comme acteur autonome de l’Etat, dès lors qu’il lui est possible d’entreprendre dans le domaine des médias indépendamment de toute considération politique. Alors que le journaliste algérien avait, et cela jusqu’à 1982, un statut de militant politique au sein du unique parti, le front de libération national. Son adhésion aux organisations représentatives des journalistes,le cas de l’union des journalistes, écrivains et traducteurs algériens (UEJT), obéissait aux mêmes exigences.

Cela pour dire aussi que les règles qui régissaient la corporation permettaient de savoir qui est journaliste. Avec la libération du secteur, il est devenu de plus en plus difficile de revenir sur la trajectoire des journalistes algériens, pour comprendre comment ils arrivent au métier, par quelle formation ? Combien sont-ils sur le marché ? Surtout que l’opération d’attribution de la  carte professionnelleinstituée par le ministère de la communication en 2014 a été interrompue.  Non seulement, elle a été attribuée à des corps apparentés tels que les métiers de l’audiovisuel, les photographes de presse ou autres, l’opération s’est arrêtée sans donner lieu à un listing regroupant l’ensemble des journalistes algériens.

Ces changements n’ont en effet produit que peu d’études. Alors que les rares travaux consacrés à ces mutations sont marqués par une vision parcellaire en raison de l’absence de données officielles sur ce secteur d’activité. Ce métier semble présenter les mêmes caractéristiques dans tout l’espace médiatique maghrébin, comme en témoigne le numéro spécial de l’année du Maghreb[1] réservé au métier de journaliste dans ces contextes.

Nous entendons comprendre à travers cette journée d’étude la formation des trajectoires professionnelles des différentes catégories de journalistes qui exercent dans le champ médiatiques algériens :

  1. Trajectoires des journalistes professionnels

Cet axe traitera des profils des journalistes qui exercent au sein des rédactions centrales (presse écrite, électronique et audiovisuelle) pour voir quels est leur statut juridique et quel type de contrat de travail ? Quel est leur mode de rémunération ? Comment arrive-t-ils au métier ? Quelle est leur formation ?Nous chercherons aussi à déceler les logiques d’action des entreprises médiatiques à travers la compréhension du statut du correspondant local et sa relation avec la rédaction centrale.

  1. Quel est le mode de structuration de la corporation des journalistes algériens

Il s’agira de voir à travers cet axe, comment sont organisés les journalistes algériens à l’intérieur des rédactions ou au sein du champ journalistique. Quelles sont les associations professionnelles qui les fédèrent ? Sont-ils représentés dans des organisations syndicales ? Quels sont les freins à leur structuration ?

  1. Le statut de la femme journaliste au sein de ces rédactions

Partant du postulat que le métier se féminise davantage, il serait important de savoir qui sont ces femmes qui font ce métier de journaliste ? Quelle est leur trajectoire ? Et comment évoluent-elles au sein de leur rédaction ?

Nous favoriserons les contributions qui s’appuient sur des enquêtes sociologiques, aussi bien qualitatives que quantitatives.

Aussi, nous acceptons les contributions dans les deux langues (arabe, français).

Bibliographie

Ancer Ahmed, 2001, Encre rouge : Le défi des journalistes algériens, Alger, Elwatan.

Bouchaala Nabila Aldjia, 2016, « Les journalistes des télévisions privées algériennes en 2015 : Nouvelles figures, nouvelles pratiques », revue année du Maghreb, https://journals.openedition.org/anneemaghreb/2867

Bourdieu Pierre, 2008, Sur la télévision, Paris, Raisons d’Agir.

Champagne Patrick, 2006, « À propos du Champs Journalistique », Questions de communication, p. 197-210. 

Cheurfi Achour, 2010, La presse algérienne, genèse, conflits et défis, Alger, Édition Casbah.

Maigret Éric, 2014, Sociologie de la communication et des médias, 2e édition, Paris, Armand Colin.

Marchetti Dominique, 2002, « Les sous-champs spécialisés du journalisme. », Réseaux, n° 111, p. 22-55. 

MerahAissa, 2009, « Les sujets sociaux dans les médias en Algérie, Pour une sociomédiatique professionnelle », Communiquer, mis en ligne le 21 avril 2015.

MostefaouiBelkacem, 2013, Médias et liberté d’expression en Algérie, Alger, Édition El Dar Othmania.

Neveu Erik, 2004, Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte.

Rieffel Rémy, 2001, « Vers un journalisme mobile et polyvalent ? », Quaderni, volume 45, n° 1, p. 153-169.

Ruellan Denis, 2007, Le journalisme ou le professionnalisme du flou, Grenoble, Presses de l’université de Grenoble.de

Dates importantes

Les enseignants chercheurs et doctorants intéressés sont appelés à envoyer un résumé de 500 mots aux deux adresses suivantes :naboucha2000@yahoo.fr./bmostefaoui@hotmail.comAprès notification d’acceptation du projet, les communications écrites seront évaluées en double aveugle.

  • Date limite d’envoi de la proposition :                       15 septembre 2018
  • Notification des résultats :                             30 septembre  2018